Moi, Claude Grainte, reprend mon activité de narrateur, pour que l'Histoire reste gravée dans l'esprit de ceux du Sang.


Le 5 avril de l'an 2003 de l'Incarnation, une réception était donnée dans la belle ville de Vaux-le-Vicomte, par Sa Seigneurie Werther, le Marquis de Melun, à laquelle se rendirent bien des semblables, dont Cela Kelos, le Duc des Terres d'Ys et d'Arpajon.

Le premier événement marquant fut la destitution par Son Altesse Impériale Hugo le Cinquième de Kalysto, alors encore Prétendant du clan Malkavian, du marquisat de la Nouvelle Carcosa. Très peu de temps après, Messire Ulric Von Totenheim, Ancien du clan Tremere, entra, mandaté par Son Altesse Impériale pour juger Kalysto pour : bris de mascarade, tentative de destruction sur des membres du clan Tremere, et soustraction d'un membre du clan Tzimisce à la Justice Impériale.

Sans aucune forme de procès, l'Ancien Tremere le jugea coupable et le condamna bien évidemment…à perdre son statut pour devenir nouveau-né, à être tenu d'étudier auprès du primogène Tremere de Melun jusqu'à ce qu'il ait acquis suffisamment de connaissances pour comprendre ses erreurs et ne pas recommmencer, et tant qu'il serait nouveau-né ou jusqu'à ce que Mélésias le décide, à ne pas posséder de serviteurs!!! J'ai connu les Tremeres plus tranchants dans leurs jugements, peut-être ne connais-je pas assez bien les membres de ce clan à Melun? Dame Fleury de Mérogis d'ailleurs a fait savoir que pour peu qu'elle ait des problèmes judiciaires, Melun serait son choix préféré en matière de tribunal.

Puis je discutai avec des membres de la cité d'Ys au sujet du sabbat, de la lignée d'Erpend, et de la Mascarade.

La seconde annonce de la soirée fut la nomination d'Artémise au Marquisat de la nouvelle Carcosa. J'allais la saluer et la féliciter brièvement : elle avait fort à faire et était sur le moment très demandée.

Puis je fus demandé par un serviteur de M. Estienne Nicolas Louis, Chevalier de Lusignan, Ancilla Ventrue et Baron de Fontainebleau, son maître étant retenu dans une église locale par des phénomènes étranges et sulfureux (qui après retour d'information étaient liés à l'histoire locale et au monde des esprits). Ne pouvant joindre les occupants par téléphone portable, ne pouvant pénétrer dans l'église dont les portes étaient bloquées, et constatant que de l'extérieur tout semblait calme, je décidais de ne pas aller plus loin pour ne pas risquer de briser la Mascarade.

C'est alors que M. Lepetit, accompagné de Zaccharia, usa de domination et de force physique pour m'attirer un peu plus loin contre ma volonté et m'exposer de façon un peu trop menaçante à mon goût son point de vue concernant les problèmes de la Défense. Le Duc, alerté par mon absence, nous retrouva dehors alors que notre conversation était terminée et que nous regagnions l'Elyseum.

Plus tard, le clan Gangrel, absent de la soirée jusqu'alors, pénétra en Elyseum mené par Gaël. Certains membres de ce clan semblaient blessés, Millarca avait perdu une jambe (une histoire de champ de mines dans la forêt). Il semblerait que la corruption s'étendrait dans le Vert Domaine d'Ile-de-France. J'appris également qu'un nouveau représentant avait été nommé auprès des Lupins.

J'appris également que de graves troubles avaient lieu en ville : des massacres avaient lieu dans un supermarché, de supposés "géant et gobelins", auteurs du massacre, s'avérèrent en fait être un grand homme possédé (qui s'immola par le feu en disant : démon je suis, démon je viens d'Ys, démon je reviendrai ou quelque chose s'en approchant) et des enfants-goules déguisés. La police, appelée, arriva sur les lieux du massacre, mais fut heureusement prise en charge par les membres du clan Ventrue.

Le Marquis fut dans ces moments assez peu présent; en effet, son prévôt Lestat s'étant avéré être du clan Lasombra, Sa Seigneurie passa une bonne partie de sa soirée dans les geôles à l'interroger. Il ne put par contre empêcher les serviteurs de Lestat d'envahir l'Elyseum en tirant à tout va sur les Semblables à coup de balles incendiaires. Heureusement, au bout d'un temps les goules tombèrent et je pus quitter cet endroit devenu un peu trop dangereux à mon goût, sans avoir pu m'entretenir avec le Marquis. Peut-être une autre fois?

Que l'Histoire, au milieu de ces tumultes, nous apprenne à être sage.


Retour